Corneille – Le Cid
Classiques / 25 juin 2011

L’Espagne médiévale. Rodrigue et Chimène s’aiment éperdument.L’amour est rare à cette époque-là. Et ils ont de la chance car leurs pères souhaitent les marier. Un mariage d’amour! Au Moyen-Age ! Mais, très vite, les choses vont aller de mal en pis. Le père de Rodrigue, Don Diègue, devient gouverneur du Prince de Castille et le père de Chimène, Don Gomès, pense que c’était à lui d’avoir cette place car il a mieux servi le Roi. Une querelle entre les deux hommes commence, querelle qui finit mal puisque Don Gomès gifle Don Diègue, acte violent contre son honneur. Le Roi, Don Fernand, essaye de les réconcilier mais le père de Chimène ne veut pas s’excuser. Don Diègue décide alors de demander à son fils de le venger, car, lui, est trop vieux pour prendre les armes.  Rodrigue se voit devant un dilemme : venger son père et son honneur et perdre Chimène ou garder Chimène et avoir honte toute sa vie. Qu décidera-t-il? Chimène et Rodrigue s’aimeront-ils toujours? Note : 8/10 Un classique du théâtre rempli de suspense et dont la fin, n’est, pour une fois, pas une tragédie. Mais, je vous avoue que quelques larmes ont coulé en lisant certains…

Share

Madame de Lafayette – La princesse de Clèves
Classiques / 12 avril 2011

La Cour d’Henri II, les rois, les reines, les princes et princesses, la galanterie, les amourettes, les jalousies, les vengeances… Madame de Lafayette nous entraine dans cet univers et nous fait découvrir une femme ou plutôt une princesse, Mademoiselle de Chartres. Celle-ci est d’une beauté éclatante. Monsieur de Clèves, homme de la Cour, en tombe éperdument amoureux dès la première rencontre. Il résolut de la demander en mariage. Mais ce n’est pas le seul à vouloir Mademoiselle de Chartres pour épouse. Et, dès lors, commence une bataille pour l’obtenir. Après avoir découvert des haines familiales lointaines, sa mère, Madame de Chartres, décide de marier sa fille à Monsieur de Clèves, le plus honnête et aimable de tous ces hommes. Un grand mariage se prépare alors et, bien que Mademoiselle de Chartres n’éprouve pas d’amour pour Monsieur de Clèves, elle jure de lui être dévouée toute sa vie. Aurait-elle parlé trop vite? Cela est bien possible puisque, peu de temps après ses noces, elle rencontre Monsieur de Nemours, gentilhomme de la Cour. Très vite, son coeur brûlera pour ce jeune homme, qui, lui aussi, est épris d’elle. Comment cacher cette inclination à sa mère et à son mari?Ce sera bien difficile…

Share

Victor Hugo – Les misérables
Classiques / 1 avril 2011

Jean Valjean, Fantine, Cosette, Gavroche, les Thenardier, Marius et de nombreux autres personnages aux mentalités, caractères et comportements bien différents vont, pourtant, voir leurs destins se rencontrer. Les personnages se succèdent, se chevauchent et ont toujours un lien (le plus souvent de sang) entre eux. Chacun est fils/fille de, père/mère de. Les vies, les destins, les meurtres, les révolutions, les morts, les amours, les tristesses s’entremêlent de façon à maintenir le lecteur en haleine jusqu’à la fin.Mais en arrière-plan c’est l’histoire de Cosette que l’on découvre petit à petit, sa naissance par accident, son enfance misérable, sa jeunesse dans la tristesse, sa vie de femme mariée et son bonheur lugubre.   Note : 9,5/10 Ce livre est tout simplement un chef d’oeuvre de la littérature classique du XIX siècle. Malgré le grand nombre de descriptions, Victor Hugo sait nous tenir en haleine et nous « faire vivre » l’histoire comme si c’était notre propre vie. Par le biais d’une fiction, il nous fait découvrir la vie quotidienne du XIX siècle français, les pauvretés, les guerres, l’instabilité du pouvoir, la corruption et bien d’autres concepts. Je me répète peut être mais ce roman est une merveille. Je ne lui trouve aucun point négatif…

Share

Albert Camus – L’étranger
Classiques / 11 février 2011

Monsieur Meursault est un homme ordinaire ou presque. En effet, il n’est pas comme tout le monde: il n’éprouve pas de sentiments, est indifférent à tout, a une vie paisible , ne se pose pas de questions… En somme il n’est pas « normal ». Quand il apprend la mort de sa mère qui était dans un asile, il se rend à son enterrement mais aucune douleur ne se voit sur son visage, il ne pleure même pas. Et même, à son retour chez lui, à Alger (en Algérie Française), il va rencontrer une femme, Marie, avec laquelle il va prendre un bain, aller au cinéma et coucher. Mais quand elle lui demande « est-ce que tu m’aimes? », il lui répondra « non »; et à la question  » veux-u m’épouser? » il répondra que cela lui était de peu d’importance mais qu’il accepterait si elle le souhaitait.Il va aussi faire la rencontre de son voisin Raymond, et, tous deux deviendrons « copains ». Raymond, un jour, invite Marie et Monsieur Meursault à la plage. Mais Raymond rencontre des Arabes avec qui il a des comptes à rendre. Ces derniers ont peur et s’enfuient. Meursault retourne sur la plage pour se promener et rencontre un des Arabes qui…

Share

Alexandre Dumas – La tulipe noire
Classiques / 4 septembre 2010

1672. La Hollande. Corneille de Witt, partisan républicain est fait prisonnier car il faisait obstacle à la montée de Guillaume d’Orange, dit le Taciturne, sur le trône. Mais au lieu d’être exécuté, il reçoit pour sanction l’exil. Il prépare alors son départ avec son frère Jean de Witt mais malgré leur prudence ils se font massacrer par leur peuple si heureux de trouver en eux des bouc émissaires de tous leurs malheurs. Pendant ce temps Guillaume d’Orange assiste à la scène par sa fenêtre. Pas très loin de là habite Cornélius Van Baerle, filleul de Corneille de Witt. Or celui-ci commence à se passionner pour les tulipes et entreprend d’en remplir son jardin et d’en faire sa seule activité, loin de la politique de son oncle. Mais ce qu’il ne savait pas c’est que son cher voisin Isaac Boxtel était tulipier lui aussi. Cornélius étant beaucoup plus riche que Isaac, il put alors faire de son jardin un véritable laboratoire de tulipes et il devint très vite célèbre, ce qui, bien sur, mit Isaac en colère. Ce dernier voulut alors se venger. Mais par quel moyen? Après plusieurs échecs il trouva enfin la solution : dénoncer Cornélius. Et il y…

Share

Emile Zola – Au bonheur des dames
Classiques / 9 juillet 2010

Paris à l’époque du Second Empire. Denise, après la mort de ses parents, part à Paris pour trouver un emploi e toucher quelques sous pour nourrir ses frères Jean et Pépé. Elle se rend donc chez son oncle, le père Baudu. Mais malheureusement ce dernier n’a plus assez d’argent pour payer sa nièce. Il ne peut que la loger le temps qu’elle trouve du travail. Mais le travail, à Paris, ne coure pas les rues. Surtout depuis la création d’une nouvelle boutique, un bazar qui se nomme Le Bonheur des Dames. Ce dernier s’accroit et détruit les petites boutiques du quartier une à une. Monsieur Mouret en est le Directeur. Il va offrir à Denise la chance d’entrer dans cette boutique. Mais à quel prix ! Misère, pleurs, mépris des autres et jalousie seront au rendez-vous. Denise n’aura pour soulagement que sa petite chambre froide, à l’arrière du magasin. Sa tristesse s’accroit d’autant plus que son frère Jean lui demande sans cesse le peu d’argent qu’elle gagne. Et le reste c’est pour la nourrice de Pépé. Elle se voit donc obligée de garder ses vieux sabots et sa robe de laine toute déchirée. Comment survivra -t-elle à cet enfer? Aura-t-elle…

Share