Rossana Campo – A la folie
Littérature italienne / 17 août 2010

Titre original : Sono pazza di te. Stella sort tout juste d’un asile de fous. Elle vit à Paris avec son amie et colocataire Goli, qui, elle aussi, vient de l’asile. La vie de Stella, sa lutte contre les préjugés, contre la folie, pour se contrôler.Ses amours, ses sentiments, sa douleur, ses crises de nerfs.Le retour inattendu de son père qu’elle aurait préféré ne jamais revoir.Le départ de son petit ami vers une autre femme.Son inconscience…car bien souvent Stella ne se rend pas compte du mal qu’elle a pu faire à cause de sa maladie. Elle pense même qu’elle est guérie mais c’est bien tout le contraire. Rossana Campo nous livre avec brio et humour le destin de cette femme ruinée, perdue et rongée par la maladie. Elle écrit avec simplicité et nous incite à tourner les pages. Il se lit très vite et facilement, même en italien. Et la fin nous offre un peu d’espoir, d’imagination quant à la suite de la vie de Stella. Une guérison ? Pourquoi pas, l’on peut tout imaginer. L’auteur nous refait découvrir les couloirs de cette maladie que l’on oublie bien trop souvent !! Je vous avoue qu’aux premières pages je me suis…

Share

Federico Moccia – Tre metri sopra il cielo
Littérature italienne / 29 juillet 2010

Tre metri sopra il cielo.  (Trois mètres au dessus du ciel) Ce livre raconte avec réalisme le quotidien de jeunes élèves italiens avec leurs coups de foudre, les disputes et les mensonges pour faire le mur. Nous suivons donc Babi, une jeune fille plutôt tranquille et studieuse qui tombe sous le charme de Step un jeune voyou adepte des courses de voitures clandestines. Le contraste entre leurs deux mondes est total mais l’amour ne se commande pas. Babi commence alors une autre vie, en plus de sa vie d’étudiante, pour être avec Step. Dans un univers aux codes différents du sien, comment Babi va -t-elle s’adapter? L’amour entre Spet et Babi durera-t-il?? Je vous laisse le découvrir… Note: 8/10 (Ce livre s’adresse peut-être plus aux filles étant donné que Federico Moccia est plutôt un auteur d’histoires à l’eau de rose) Pour ceux qui maitrisent l’italien, je vous conseille la version originale, la langue étant facilement compréhensible. Et pour tous, je vous informe qu’un film a été tiré de cette oeuvre, vous le trouverez sous ce même titre. ———————————————————————————————————–Traduction italienne/Traduzione italiana : Federico Moccia, Tre metri sopra il cielo.Questo libro racconta con realismo la quotidianità di giovani allievi italiani con i loro…

Share

Sandro Veronesi – Chaos calme
Littérature italienne / 29 juillet 2010

Titre original : Caos calmo La mer. Deux femmes qui se noient. Deux hommes qui plongent pour les sauver. Une femme, Sa femme, morte, tuée, assassinée sous le regard de sa propre fille. Et lui, il était là-bas, en train de sauver ces deux femmes qui ne le remercient même pas.Sa vie, son deuil, sa fille. Le futur, le présent mais surtout le passé. Puis tout s’accélère, le présent, le futur, le passé, tout se bouscule… Arrivera t-il à survivre à ce drame? A refaire une nouvelle vie? Pietro traversera maints obstacles : le travail, la mort, l’amour d’une autre mais surtout le regard des autres. Les autres, ils viennent lui raconter leurs déboires, leurs fautes, leur tristesse, leurs soucis. Mais pensent-ils à lui? Ou est-ce lui qui devient fou ? Que se passe t-il dans la tête de Pierre? Roman dont la trame générale est intéressante mais où l’auteur a rajouté beaucoup de passages ennuyants voire même souvent (très)grossiers. Et la fin m’a laissée ..sur ma faim. Note : 6/10 —————————————————————————————————– Traduction italienne/traduzione italiana Sandro Veronesi, Caos Calmo Il mare. Due donne che affogano. Due uomini che si tuffano per salvarle. Una donna, la sua, morta, uccisa, assassinata sopra…

Share

Umberto Eco – Le nom de la rose
Littérature italienne / 4 juillet 2010

1327. L’Italie. Dans une abbaye perdue, l’abbé fait quémander Guillaume de Baskerville ainsi que son secrétaire (qui est le narrateur) pour comprendre comment un moine a pu se retrouver écrasé au pied d’une muraille de l’abbaye. Mais ce n’est pas n’importe qu’elle muraille, c’est celle de la bibliothèque interdite. En effet cette dernière n’est connue que du bibliothécaire et de l’abbé car elle renferme des livres compromettants pour l’Eglise et surtout dangereux pour les esprits. Mais cette bibliothèque ne comporte qu’une seule petite fenêtre…Le frère mort en serait donc tombé. Est-ce un suicide? Ce ne serait pas catholique! Mais le meurtre l’est encore moins… Guillaume et notre narrateur en auront vite le coeur net car il y aura plusieurs autres morts ! L’enquête va s’avérer difficile: mauvaise coopération de la part des moines, curiosité trop aiguë et déviance du narrateur. Même l’abbé va se retirer dans son bureau car il n’apprécie pas le tour que prend l’enquête. Ces moines sont-ils si innocents qu’ils en ont l’air? Que renferme donc la bibliothèque ? Fresque historique, sociale, politique, religieuse de l’Italie et de l’Europe du Moyen Age et du début de la Renaissance. A la fois roman historique mais aussi policier ce…

Share

Susanna Tamaro – Va où ton coeur te porte
Littérature italienne / 4 juillet 2010

Titre original : Va dove ti porta il cuoreUne grand-mère se retrouve seule dans sa maison. Elle n’a plus de famille hormis sa petite-fille qui l’a oubliée depuis des années. A quelques mois de sa mort, elle écrit des lettres à sa petite-fille où elle raconte ses journées mais aussi sa tristesse, sa solitude.Malgré son malheur, elle pardonne sa petite-fille de l’avoir abandonné, là toute seule. Elle aimerait tellement pouvoir la revoir, la retrouver, resserrer leurs liens. Mais est-ce vraiment possible? La vieille l’espère mais pas trop dans la mesure où elle était elle aussi en faute. En effet elle n’a peut être pas été comme il le fallait avec sa petite-fille mais elle l’aime toujours. Et, sans vouloir trouver des prétextes, elle énonce sa vie difficile, la mort de sa fille (et donc de la mère de sa petite-fille), sa rencontre avec l’homme idéal et son mariage forcé.Toute sa vie en une quinzaine de lettres, lettres qu’elle ne pourra jamais envoyer. Mais pas que sa vie, non, c’est toute la vie que cette femme nous résume ici, avec toutes ses émotions, ses soucis, ses peines et ses joies. Au final la vie ne se résume qu’à un mot, un…

Share

Stefano Benni – Marguerite Pozzoli
Littérature italienne / 4 juillet 2010

Titre original : Margherita Dolcevita Roman rempli d’humour, de tendresse, d’innocence, de pensées et de réflexion ; c’est l’histoire d’une jeune fille de quinze ans, Marguerite, qui nous raconte sa vie, ou plutôt celle de sa famille et de ses voisins, voisins arrivés sous peu et qui vont bouleverser la vie de sa famille. Marguerite va s’efforcer de résister et de montrer à ses parents que ce sont des envahisseurs. Entre une mère qui fume pour de faux et qui regarde sa série préférée en boucle, son père qui devient fou, son frère amoureux d’une fille qui s’en fout, son autre frère amoureux de sa prof de mathématiques et des jeux vidéos et son grand père qui mange des produits périmés car il a peur de l’apocalypse et qui est recyclé dans une maison de retraite, Marguerite gardera son sang froid, saura t-elle contrer ces nouveaux voisins? Note : 8 /10 De l’émotion, des larmes, des rires, un roman léger, tendre qui vous met et vous laisse plein d’images dans la tête. ———————————————————————————————————- Traduction italienne/Traudzione italiana Stefano Benni, Margherita DolcevitaRomanzo pieno di umorismo, di tenerezza, d’innocenza, di pensieri e di reflessione; è la storia di una ragazza di quindici anni,…

Share

Milena Agus – Battements d’ailes
Littérature italienne / 4 juillet 2010

Titre original : Ali di babbo. La Sardaigne, un lieu magnifique et désert. Une colline surplombant la mer. C’est en cet endroit féerique que vit Madame. Sa maison est l’une des dernières à résister aux grandes résidences et hôtels dédiés aux touristes. Mais Madame est puissante et résiste malgré ses robes d’un ancien temps et son refus de l’argent. Elle n’est donc aimée de personne et surtout pas de ses voisins, qui, eux, « savent ». Quand elle est triste elle part rejoindre l’amour. Mais ce dernier n’est pas toujours très présent. Alors elle descend la colline et plonge dans la mer pour oublier ses peines. Parviendra-t-elle à garder sa maison ou seront-elles, elle et la maison, ensevelies par le modernisme? Ali di Babbo, autrement dit Les ailes de Papa. Vous comprendrez pourquoi à la fin du roman ! Milena Agus nous dévoile ici le portrait d’une femme atypique, incomprise et parfois incompréhensible. Le tout avec simplicité et humour, tout comme la plupart des romans de l’auteur. Par contre je me demande pourquoi le titre a été traduit par « Battements d’ailes » alors que « babbo », en italien, signifie « papa » ?! Note : 7/10 ———————————————————————————————————–Traduction italienne/traduzione italiana Milena Agus, Ali di Babbo. La Sardegna,…

Share

Antonio Scurati – Le survivant
Littérature italienne / 4 juillet 2010

Titre original : Il Sopravvissuto C’est l’histoire d’un professeur de lettres ou plutôt de plusieurs professeurs d’une école, le jour du baccalauréat.Tragédie : un lycéen tue de sang froid tous les professeurs.Sauf un : Andrea Marescalchi. Ce n’est pas l’histoire de la recherche du coupable mais plutôt l’histoire du « pourquoi », du « comment ». C’est l »histoire de la jeunesse , du conflit inter-générations actuel (l’histoire se passe dans les années 2000), du conflit entre les pouvoirs , entre les autorités. C’est aussi une recherche psychologique, spirituelle de soi même (Andrea Marescalchi), la recherche de la « vraie » vérité. Mais ce roman policier reste assez lugubre et je n’ai pas vraiment compris la fin.De plus certains passages sont un peu longs. Note : 6/10  —————————————————————————————–Traduction italienne/Traduzione italiana Antonio Scurati, Il Sopravvissuto E la storia di un professore di lettere o piuttosto di parecchi professori di un liceo, il giorno della maturità. Strage : un liceano uccide di sangue freddo tutti i professori.  Tranne uno : Andrea Marescalchi.Non è la storia della ricerca del colpevole ma piuttosto la storia del perché e del come. E la storia della giovinezza, del conflitto attuale tra le generazioni (il libro si svolge negli anni 2000), del conflitto tra…

Share

Tonino Benacquista – Malavita
Littérature italienne / 4 juillet 2010

Malavita- Tome 1/2 Une famille d’Américains débarquent en Normandie après la seconde guerre mondiale. Famille qui apparait tout d’abord normale: le père, Fred, essaye d’écrire un livre; la mère, Maggie, veut devenir bénévole dans une association; Belle, la fille, joue la séduction; Warren se trouve un nouveau rôle à l’école et puis le chien. Enfin c’est ce que l’on pourrait croire. Mais en fait cette famille vous cache beaucoup de choses ! Devant les derniers évènements elle ne sait plus si elle doit fuir ou lutter…S’en sortira-t-elle? Qui est donc cette famille qui parait si banale et qui pourtant est singulière ? L’auteur, d’origine italienne, nous livre le portrait de cette famille avec humour tout en nous offrant un panorama sur les autorités, la mafia, les services secrets et la société au XX siècle. Malgré quelques passages longs (qui sont rares) il arrive à nous plonger dans un monde qui parait différent et qui pourtant ne l’est pas tant que ça… Note : 7-8/10 Lire l’article sur le tome 1 Commander sur Amazon.it

Share

Fabio Stassi – La revanche de Capablanca
Littérature italienne / 4 juillet 2010

Titre original : La rivincita di Capablanca En me promenant parmi la pléthore de bouquins qui était offerte au public de la Fête du Livre Italien, la vision d’un échiquier sur une des couvertures a attiré immédiatement mon œil : il faut vous avouer que j’adore jouer aux échecs.J’ai donc acheté séance tenante ce livre, dont l’auteur m’était complètement inconnu, sur cette seule intuition … et pour le titre aussi. Pour qui connaît un tant soit peu l’histoire des échecs, le nom de José Raúl Capablanca fait rêver : ce Cubain, champion du monde dans les années vingt, est une des légendes de ce jeu. Et le livre raconte la vie romancée de ce joueur, grand séducteur, vulnérable et obsessionnel, qui perdit son titre en 1927 face à un autre monstre sacré, Alexander Alékhine, et dont la recherche d’une revanche face à cet adversaire constitue le fil rouge de cet ouvrage. Découpé en 64 chapitres (comme les 64 cases d’un échiquier…), l’histoire montre avec force flash-backs la vie tumultueuse de ce grand joueur, sa soif de victoires, ses amours et ses combats en noir et blanc. L’auteur écrit avec des phrases courtes, incisives qui donnent un rythme particulier à ce…

Share