Albert Camus – L’étranger

11 février 2011

L'étranger

Monsieur Meursault est un homme ordinaire ou presque. En effet, il n’est pas comme tout le monde: il n’éprouve pas de sentiments, est indifférent à tout, a une vie paisible , ne se pose pas de questions… En somme il n’est pas « normal ». Quand il apprend la mort de sa mère qui était dans un asile, il se rend à son enterrement mais aucune douleur ne se voit sur son visage, il ne pleure même pas. Et même, à son retour chez lui, à Alger (en Algérie Française), il va rencontrer une femme, Marie, avec laquelle il va prendre un bain, aller au cinéma et coucher. Mais quand elle lui demande « est-ce que tu m’aimes? », il lui répondra « non »; et à la question  » veux-u m’épouser? » il répondra que cela lui était de peu d’importance mais qu’il accepterait si elle le souhaitait.Il va aussi faire la rencontre de son voisin Raymond, et, tous deux deviendrons « copains ». Raymond, un jour, invite Marie et Monsieur Meursault à la plage. Mais Raymond rencontre des Arabes avec qui il a des comptes à rendre. Ces derniers ont peur et s’enfuient. Meursault retourne sur la plage pour se promener et rencontre un des Arabes qui sort son couteau. Pris de sueurs et aveuglé par le soleil, notre « anti-héros » sort le révolver que lui avait prêté Raymond et tire, plusieurs fois. Arrêté, il dira toute la vérité mais certains actes sont inhumains pour la société. Non, ce n’est pas le crime qu’il a fait mais plutôt son absence de sentiments à l’enterrement de sa mère et sa volonté de ne pas croire en Dieu. Et c’est ce qui va convaincre les jurés de le condamner à mort…. Qui est vraiment cet homme pour qu’on lui en veuille autant?

 

 

Note : 8/10 Albert Camus a une écriture particulière et très rythmée. Au début du roman, elle m’a beaucoup perturbée et puis, finalement, c’est grâce à cette écriture que j’ai continué la lecture car elle garde le lecteur en haleine et dans l’angoisse créée par l’atmosphère que nous dépeint Camus. La fin est un peu déconcertante mais à la hauteur de cette quasi tragédie de l’absurde et satyre de la société. En effet, dans cette oeuvre, Camus nous dévoile une société de non-sens (la justice comprise) avec des moeurs parfois ridicules. Il est vrai aussi que l’on ne comprend pas toujours tout…mais là est le mystère de cette oeuvre et de l’auteur.
Un classique à lire.

6.0 Bouton Commandez 100-30
Commandez sur Gibert Joseph
Commandez sur Amazon
Share

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *