Alexandre Dumas – La tulipe noire

4 septembre 2010

La tulipe noire

1672.
La Hollande.
Corneille de Witt, partisan républicain est fait prisonnier car il faisait obstacle à la montée de Guillaume d’Orange, dit le Taciturne, sur le trône. Mais au lieu d’être exécuté, il reçoit pour sanction l’exil. Il prépare alors son départ avec son frère Jean de Witt mais malgré leur prudence ils se font massacrer par leur peuple si heureux de trouver en eux des bouc émissaires de tous leurs malheurs.
Pendant ce temps Guillaume d’Orange assiste à la scène par sa fenêtre.

Pas très loin de là habite Cornélius Van Baerle, filleul de Corneille de Witt. Or celui-ci commence à se passionner pour les tulipes et entreprend d’en remplir son jardin et d’en faire sa seule activité, loin de la politique de son oncle.

Mais ce qu’il ne savait pas c’est que son cher voisin Isaac Boxtel était tulipier lui aussi. Cornélius étant beaucoup plus riche que Isaac, il put alors faire de son jardin un véritable laboratoire de tulipes et il devint très vite célèbre, ce qui, bien sur, mit Isaac en colère.

Ce dernier voulut alors se venger. Mais par quel moyen? Après plusieurs échecs il trouva enfin la solution : dénoncer Cornélius.
Et il y réussit ! Notre cher tulipier se retrouve alors enfermé dans la même chambre que son oncle Corneille.
Commence alors pour lui un véritable enfer. Mais quelques tulipes ou roses viendront clairsemer sa sinistre cellule.

Récit à part dans l’oeuvre de Dumas, ce roman n’en est pas moins un chef d’oeuvre parmi les classiques. Les premières pages sont un peu déstabilisantes :  elles sont écrites dans un langage soutenu (comme le reste du livre) et surtout il y a pas mal de changements de décors, de flashback… qui peuvent troubler au départ. Mais après on n’y fait plus attention tant le suspense nous tient en haleine jusqu’à la fin du roman qui est très bien trouvée et qui est, comme dans la plupart des récits de Dumas, à la fois triste et joyeuse.

Note : 8/10

6.0 Bouton Commandez 100-30

Commander sur Gibert Joseph

Share

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *