Umberto Eco – Le nom de la rose

4 juillet 2010

le nom de la rose

1327. L’Italie.

Dans une abbaye perdue, l’abbé fait quémander Guillaume de Baskerville ainsi que son secrétaire (qui est le narrateur) pour comprendre comment un moine a pu se retrouver écrasé au pied d’une muraille de l’abbaye. Mais ce n’est pas n’importe qu’elle muraille, c’est celle de la bibliothèque interdite. En effet cette dernière n’est connue que du bibliothécaire et de l’abbé car elle renferme des livres compromettants pour l’Eglise et surtout dangereux pour les esprits. Mais cette bibliothèque ne comporte qu’une seule petite fenêtre…Le frère mort en serait donc tombé. Est-ce un suicide? Ce ne serait pas catholique! Mais le meurtre l’est encore moins… Guillaume et notre narrateur en auront vite le coeur net car il y aura plusieurs autres morts ! L’enquête va s’avérer difficile: mauvaise coopération de la part des moines, curiosité trop aiguë et déviance du narrateur. Même l’abbé va se retirer dans son bureau car il n’apprécie pas le tour que prend l’enquête. Ces moines sont-ils si innocents qu’ils en ont l’air? Que renferme donc la bibliothèque ?

Fresque historique, sociale, politique, religieuse de l’Italie et de l’Europe du Moyen Age et du début de la Renaissance.
A la fois roman historique mais aussi policier ce livre est rempli de suspense même si au début c’est un peu dur d' »entrer » dans le livre mais il ne faut pas s’arrêter aux premières pages barbantes. Elles permettent de mieux comprendre le contexte historique et la suite des évènements.

Livre à lire et à relire.
Après on peut aussi regarder le téléfilm fait à partir de cette œuvre.
A tous les amoureux du roman historique/policier.
Note : 8/10

6.0 Bouton Commandez 100-30

Ordinare su Amazon.it

Share

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *